Moineaudière - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

Moineaudière

Environement et PLU

Autour de la Moineaudière, se regroupe un ensemble dense, qui va jusqu'à la Potière, la résidence des anciens.
Nous y trouvons, en autre de la Bergerie, le fameux marais et la Grande ruelle, puis le Grand Parc en dessous,
l'eau est omniprésente dans de nombreux méandres, très agréables à parcourir à  pied.

Vu du ciel, grâce à Marcel Chevret, ancien maire d'Heuqueville, l'environnement se fait plus visuel d'un état des lieux, en 2006, tel qu'il existait.
Il devait être transformé par le PLU (Plan Local d'Urbanisme) 2001-2008. Une nouvelle municipalité est arrivée qui a opéré de nombreux changements.
Ce fut un autre environnement qui, dans la Grande Ruelle, n'a pas été du meilleur goût pour de nombreux riverains.

la moineaudière et son environnement

La Grance Ruelle

Ce lotissement qui avait la vocation d'un ensemble résidentiel, (des parcelles de 600m² environ), a été détourné, de sa vocation première, pour y faire 33 logements sociaux par un organisme d'HLM :  la SilOGE.
Cela n'était pas inscrit en 2008 dans le programme de mon adversaire qui n'était plus, alors, à un mensonge près.
Pour ma part, j'avais pris en compte, les riverains de la rue des Anciens Combattants qui bordent cet ensemble et dont la vue se résume, maintenant, à une ligne continue de béton.

Trois vues présentent la Grande Ruelle dans son périmètre.

La première montre un ensemble entrelacé de pavillons les uns contre les autres.
Le peu d'espaces verts donnent directement sur les voisins de la rue des anciens combattants.
Les loyers ne semblent pas négligeables (entre 700€ et 800€ pour des F4)

La deuxième, tout en respectant l'espace d'un voisinage très proche, fait apparaitre un étang
très réduit et peu protégé à l'heure actuelle

la troisième présente un tout autre caractère avec des espaces verts plus présents, des maisons bien séparées.  
Néanmoins, il y a, aussi, des fondations trop près du sol, quelques rangs de parpaings supplémentaires auraient sécurisé l'ensemble.
Nous sommes dans un milieu humide, des remblaiements ont été effectués, j'ose espérer que la remontée, des nappes phréatiques, n'apportera pas d'inondation.

Le Marais coté "Grande Ruelle" puis coté "rue Neuve"

Dans ce diaporama de quatre photos, deux ont été prises côté Grande Ruelle, les deux autres, côté rue Neuve.
J'ai gardé les plus présentables, mais faute d'un plan cohérent d'investissement, la nature reprendra ses droits, malgré tout l'argent que l'on pourra y enfouir, déjà plus de 30 000€.
Je regrette, aussi, que le fossé, qui longent la rue Guy de Maupassant, chargé d'éliminer les eaux pluviales, ne soit pas mieux entretenu.

La Bergerie

Le plan de ce lotissement n'a pas pu être transformé par la nouvelle municipalité de 2008.
Grâce à mes bonnes relations avec la famille de Jean Miché et celle de Vincent Fabert,
nous avons pu parfaire un ensemble cohérent que l'on nomma le Clos de la Bergerie.

La création d'un bassin de rétention et l'établissement de noues furent retenus à ma demande, par le lotisseur privé.
Cela se fera aussi pour les lotissements de l'Epinette et de la petite vallée.
L'expérience du lotissement de Saint Crespin m'avait servi

Ce paysage de la rue de la fonderie s'intègre bien dans son milieu.
Certains aimeraient bien y voir des ralentisseurs, sécurité oblige, car les excès de vitesse y sont fréquents comme ailleurs.

Patience oblige, ceci se fera sitôt que les voiries seront intégrées dans le nouveau domaine de compétence de la communauté de communes de l'Andelle (CDCA)

Le Clos du Marché

Cette parcelle 855 au PLU (plan local d'urbanisme) : je m'en souviens.

Suite à de nombreuses demandes, l'idée m'était venu de pouvoir disposer de logement F2 ou F3
pour répondre aux besoins des familles qui, une fois les enfants partis, se retrouvaient dans un
logement trop grand et de ne plus pouvoir assumer le prix de la location.

Les "HLM" n'ont jamais prôner cette politique en milieu rural. Il existe, certes, des maisons de retraite, mais il faut que l'un des conjoints soit âgé de 60 ans et en bonne santé.
On peut se retrouver seul avant ce délais. De jeunes couples, fraichement mariés, étaient aussi demandeurs.

Ce que je souhaitais pouvoir faire, Monsieur Planque de Romilly a bien voulu me proposer une solution à laquelle j'ai souscris.
En échange du terrain communal, il créait 10 logements à vocation locative et nous construisait un bâtiment en retour. Les parties logements ont été respectées. Il n'y a pas eu de plaintes.
Il en est tout autre sur le bâtiment local des associations et les logements en attente de familles victimes
de catastrophes naturelles, sur l'accueil.
Fallait-il casser ce que Monsieur JACOB avait monté ? La réponse est "oui".

C'est ainsi que de chamboulement en chamboulement, nous sommes arrivés aux problèmes suivants :
Un bâtiment qui ne répondait pas aux normes phonétiques.
Des logements d'accueil provisoire hors de toutes normes.
Cela fait six ans que cela dure, mais l'inauguration s'est faite en 2011 pour inscrire le nom du maire en exercice.

Deux images illustrent mon propos :
la première montre bien, que cet endroit est clos.
L'étage supérieur est vide et pourrait servir de logement, sa destination première, à un gardien de police.


La deuxième montre mon attachement aux bacs de rétentions lors des inondations.
Il faut croire que pour le moment, cela ne se fait pas sentir et tant mieux.

Retourner au contenu | Retourner au menu