Maurice Jacob - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

Maurice Jacob

Présentation

J’ai été le Maire de Romilly sur Andelle pendant 13 ans (1995-2008).

Mais avant d’y parvenir, j’ai dû cheminer entre 1977 et 1989 par une formation personnelle.
D’esprit curieux et amateur d’histoire de France, j’ai tout d’abord appris, dès 1977, comment s’élaborait les finances communales, sous la houlette de Fernand Lampérier notre secrétaire de Mairie de l’époque.
Comme professeur, il m’a appris les subtilités de la comptabilité M11 tout en m’inculquant certainement le virus de la représentativité communale.
          

J’ai eu aussi, à Evreux, Joël Bourdin, il n'était pas encore sénateur, sur un sujet important, la comptabilité analytique communale que Madame Marchika notre charmante perceptrice de Pont de l'Arche, dans les années 80 me rappelait lors de chaque exercice budgétaire. J'ai eu aussi Hervé Maurey, notre sénateur actuel, comme intervenant, dans ses nombreux forums puis, Jean Luc Mirot pour le plan d'occupation des sols.
 

En 1983, toujours sur les comptes, je trouvais stupide qu’il faille attendre le budget supplémentaire pour connaitre le compte administratif de l’année précédente.
J’étais jeune informaticien sur le tas, j’ai proposé de mettre l’informatique. C’était en 1985 : la bataille municipale fut rude pour faire admettre au conseil un tel système à des gens qui, maintenant, ne voient que par l’informatique comme un ancien adjoint ou un ancien maire.

J’ai eu la chance de trouver une jeune collaboratrice, Mademoiselle Martin, maintenant à Léry ou à Poses pour poursuivre.
J'ai pu ainsi créer sous BAL, qui était un langage de programmation CII HONEYWELL BULL, une procédure de paramètres nommée PB73, qui me donnait un arrêté de compte de la commune à tout moment qui avait du succès et très regretté lors de mon départ en 1989.

En 1989, ma première traversée du désert, faute d’avoir été réélu, une nouvelle informatique, sous l’égide d’IBM, avec son monitor « DOS » supplanta celui de BULL Général électrique.
On y retrouve aujourd’hui la façon avec laquelle j’avais  programmé sans avoir les crises que j’ai pu passer lorsque le système plantait et qu’il fallait tout recommencer.
C’est aussi, à cette époque, que j’avais conçu une étude du cimetière où il était difficile de situer les tombes et les contrats souscrits.
Bref, sous Monsieur Courtois (1983-1989), je me suis bien amusé dans de nombreux secteurs où lorsque cela allait mal, je servais de recours tout en travaillant dans une entreprise mutualiste.

 

mon adresse mail : maurice.jacob1@wanadoo.fr   mon adresse internet : romilly-sur-andelle.com ou maurice jacob romilly

En 1995, là aussi, à la surprise générale, me voilà devenu un jeune Maire en juin.
C’est en octobre que je découvre une attachée territoriale. Le terme est pompeux, son caractère est bien trempé, le mien aussi.
Nous apprendrons à nous connaitre pour arriver à un modus vivendi et faire des programmes communaux intéressants.
Elle m’apprendra, elle aussi, qu’il ne faut pas se disperser pour ne pas trop dépenser.
Elle a fini par me séduire dans le fait que, dans une municipalité de 6ans, la réalisation d'un seul, grand projet était un objectif et qu'il fallait s'y tenir, pour le faire bien et pour répondre à un développement durable.

Elle m'a convaincu et ensemble nous avons remis en état, l'ancienne salle des fêtes selon les normes initiales du passé avec pour ajout, une petite crèche halte garderie, une maison des jeunes, une salle pour les « restaurants du coeur ».

Des recettes de fonctionnement font apparaitre des allocations pour l'éclairage public que je connaissais.
J'y ai consacré deux mandats avec pour objectifs l'enfouissement des réseaux que nos amis allemands de Biebesheim avaient compris dès 1945.

En 2001, de nouveau réélu avec une nouvelle équipe,
C’est l’environnement qui m’intéresse.

Un ami, Marcel Chevret, maire d’Heuqueville, un pilote d'avion, m’a offert des vues aériennes de Romilly.

Je comprends, très vite, tout l’intérêt que cela peut apporter dans le cadre d’un plan local d’urbanisme (PLU).
Enfin, pouvoir, à la place d’un plan de lotissement sur papier, visionner, sur carte aérienne, la finalité d’une volonté d’aménagement du territoire, quel progrès ! et si on pouvait le faire en 3D, cela serait le top.

C’est ce que j’ai essayé de faire en 2006 et 2007. Les lieux d’aménagements, alors photographiés, étaient vierges. ILs pourraient présenter, maintenant, un intérêt de comparaison sur l’évolution de notre aménagement, bien que celui-ci, maintenant, soit totalement différent de ma vision.

Les urnes en ont décidé autrement.

Je garde enfin le souvenir d’avoir pu, sur le terrain d’un ami d’enfance, Jacques Thénier, acquérir la parcelle bordant l’ancienne maternelle et la place Caliste.
le préfet m’a arrêté dans notre projet d’une nouvelle halte garderie avec la CAF, sous prétexte que la CDC, seule, en avait désormais la compétence.

Nous avions alors gardé la maitrise d’oeuvre avec le cabinet d’architecte Christian Manière.

Retourner au contenu | Retourner au menu