Les syndicats intercommunaux - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

Les syndicats intercommunaux

Municipales 2014 Romilly

Le  Syndicat d'assainissement collectif

Le syndicat d'assainissement regroupe 3 communes : Romilly, Pont Saint Pierre et Douville. Le siège est à Romilly.
Il est chargé d'organiser, de façon collective, les réseaux des eaux usées. Après avoir publié, en 2001, un schéma directeur d'assainissement nécessaire à l'élaboration du PLU (plan local d'urbanisme),
nous avons créé  les conditions nécessaires (2001-2008) à l'élaboration de la nouvelle usine d'épuration (6000 habitants) qui a, enfin, démarré en 2010, avec l'aide financière du conseil général.
Après la réception de l'ouvrage et la suspension des travaux de raccordement, le syndicat a pu reprendre ses projets sur les 3 communes.













Pour ceux qui n'ont pas pu se raccorder, il existe un service public d'assainissement non collectifs ( le SPANC).
La compétence appartient à la communauté de communes de l'Andelle.


Le  Syndicat de musique

Le syndicat de musique est une école où, avec des cours de solfège, des intervenants offrent des leçons d'instruments.
L'organisation est confiée aux 3 communes : Romilly, Pont Saint Pierre et Pitres. Le siège est à Romilly.

Le syndicat, des deux collèges, devenu le syndicat des deux gymnases

Jadis, ce syndicat s'appelait le syndicat des 2 collèges. En 2001, la compétence ,des collèges, est confiée au conseil général dont le président, fraichement élu, est monsieur Jean-louis Destans. Celle des lycées appartient au conseil régional présidé par monsieur Le Vern. nous aurions dû dissoudre ce syndicat qui réunissait les cantons de Fleury et de Lyons. Des problèmes de remboursement d'emprunts ne permettaient pas aux petites communes de purger leurs dettes à court terme. C'est la raison pour laquelle ce syndicat est devenu, le syndicat intercommunal des deux gymnases, dirigé par un élu de Charleval en 2013.

il est curieux de constater qu'en 2001, alors que j'étais maire de Romilly et que Yves Lanic, maire d'Amfreville sous les monts, président en exercice, Monsieur Destans s'était engagé à soutenir un plateau sportif à côté du collège. Il aura fallu attendre, après de nombreuses relances, 2013, pour voir les travaux commencer.

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage, aurait dit monsieur de La Fontaine.


Syndicat Intercommunal De l'Ensemble Aquatique et Ludique, de la Vallée de l'Andelle (SIDEAL)

La création de la piscine de Pont Saint Pierre se situe à la même période, dans les années 90, que celle de la communauté de communes de l'Andelle (voir qui fait quoi sur mon site).

La piscine était intégrée à la communauté qui l'avait financée, sous l'égide de Monsieur Poletti, notre conseiller général. Nous pouvons dire qu'il en fut le père fondateur et que, sur ce programme, nous lui devons cette réussite, je le reconnais.

Pourquoi en avoir fait un syndicat? Le premier argument fut que, si la commune de Charleval entrait dans la communauté de communes, il n'était pas question, pour elle, d'adhérer à la piscine. Une autre commune, celle de la Neuville Chant d'Oisel, voulait bien souscrire à la piscine, mais sans entrer dans cette communauté. C'est ainsi qu'est né le SIDEAL. Oui, ce fut une question de sensibilité que nous appellerons une gaminerie puisque, tout le monde va à la piscine.

Le syndicat du bassin de l'Andelle

Je m'appelle Rémi Decleire, je dirige ce syndicat depuis 1995.
Cet élu de Charleval, que j'apprécie, a appris qu'il n'était pas facile de gérer l'environnement de l'eau pour combattre les inondations de la vallée de l'Andelle.

les points positifs :
L'effort sur les  bassins versants, il existe un programme très cher, mais nécessaire, afin de freiner les eaux des plateaux vers l'Andelle par des bassins de rétention en escalier, par exemple. L'among prime sur l'aval.
De nombreuses berges ont pu être aménagées sur nos communes qui bordent les rivières, malgré le non-respect des riverains qui laissent les troupeaux envahir des terrains qui s'écroulent dans la rivière.

Le côté négatif :
la création d'un SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion de l'eau) que l'on attend toujours. Pour en parler, ce n'est pas un problème, tout comme le dédoublement de la CD 321.
Le rapport de la SOGREAH, un cabinet parisien, 1998-2001, sur un schéma directeur de gestion de l'eau de l'Andelle, ne m'a jamais convaincu. Je les ai accompagnés sur les vannages de St Hélène et de la taillanderie.
Des agents qui ignoraient le milieu, ils ont été confrontés aux inondations de 1999 et 2000. Le résultat fut qu'il ne fallait pas prendre de risques. Il s'ensuivit de nombreux blocages au nom du principe de précaution, comme celle de l'inondation du siècle.
La suppression des vannages : je ne suis pas pour détruire ce que nos ancêtres ont créé et qu'ils savaient entretenir. Pour eux, c'était vital, maintenant ce ne l'est plus.
Le conseil supérieur de la pêche nous impose la remontée poissons migrateurs, cela peut se faire, hélas, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Autrefois, le curage du lit de la rivière était nécessaire, pour maintenir le niveau de l'eau, au bon fonctionnement des moulins de l'Andelle, moulins à blé, à foulon ou autres.
La turbine du vannage de la taillanderie fournissait une énergie électrique propre, nous la devons à Adrien Soubeyran, un polytechnicien de Paris, qui révolutionna, en 1900, une technique d'utilisation de l'eau qui est toujours d'actualité.

J'abandonne, l'aspect assistance des ruisseaux communaux, les remblaiements de terrains qui créent des points hauts et des points bas. Le SIBA n'en a pas la compétence. Gérer l'environnement de l'eau n'est vraiment pas chose facile.

Retourner au contenu | Retourner au menu