Le Catelier - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

Le Catelier

L'histoire à Romilly

LE CATELIER.... Le  premier château de Pont de Pont Saint Pierre à côté de son église Saint Pierre qui a disparu (voir les moulins de l'Andelle)



C'est presque 1000 ans d'histoire (1050-2050) que j'essaie d'évoquer avec pour références : la revue de Rouen et de Normandie, Léon de Duranville 1857 –Nicolas Koch, Archéologie Haute Normandie 2005 – La Baronnie de Pont Saint_Pierre, P. Duchemin 1894, Ed. Page de Garde. Je remercie Jacques et Colette Sichet de Pont Saint Pierre de m'avoir permis de le visiter sans oublier la femme du docteur Laurent qui avait sauvé une première fois ce site dans les années 1960. Nous ne pouvons pas détruire un tel patrimoine. Je commencerais par une conclusion que mes prédécesseurs ont formulée, il faut :

une réhabilitation des lieux.

En quittant ces lieux on ne peut s’empêcher de penser à ces hommes, à ces serfs esclaves d’un autre temps, qui ont érigé ces buttes de terre avec de moyens primitifs qui ont permis la défense du fief du Seigneur de
Pont-Saint-Pierre.
A ces autres hommes morts aux combats lors des assauts des puissances rivales et conquérantes. Mais l’édification de ce Castelet et du bourg qui le ceint a, sans nul doute, contribué à affirmer une puissance politique, économique et à la mise en valeur d’un territoire rural.
Il semblerait que le Castelet de Pont-Saint-Pierre soit un des plus importants de Normandie et le mieux conservé. Il fait partie du patrimoine français et comme tel doit être préservé dans son intégralité. Il pourrait même être mis en valeur et ouvert de façon sécurisée aux visiteurs, ainsi, ce serait un fabuleux outil pédagogique pour les scolaires et étudiants de la région. Des reconstitutions en bois, fidèles à ce que cela était censé être il y a dix siècles pourraient être envisagées. Ce serait un atout supplémentaire pour ce site et pour la Vallée de l’Andelle. Cette démarche pédagogique a déjà été faite dans d’autres départements, elle attire chaque année, bon nombre de touristes.

 



PONT SAINT- PIERRE> UNE MOTTE FEODALE

Peu connu du grand public, envahi par la nature se dresse non loin de l’intersection des départementales D321 et D508 des vestiges féodaux datant du XIème siècle, un des mieux conservé de France.

Le Château ou Catelier.

Vers 1050, la mention du «burgos» incite à croire que dès cette époque une fortification, sommaire, était réalisée. Il faut attendre le début du XIIe siècle(1100-1199)) pour qu’apparaisse la première mention de château ou «Catelier» ou «Castelier».

Le Catelier a toujours été un bien des châtelains de Pont Saint Pierre.
Afin de pouvoir faire le contournement de Romilly, il faudra détruire cette portion du Catelier.
Celle-ci, avec l'accord de la municipalité de Pont Saint Pierre, serait vendue à des prête-noms que Monsieur Poletti soutiendrait.
Pour les défenseurs d'un tel site, si cela s'avère, nous déplorons l'attitude de la municipalité de Pont Saint Pierre et du conseiller général qui avait déjà essayé de torpiller la sauvegarde des tableaux de la légende des deux amants, à Romilly à l'heure actuelle, grâce à mon intervention, à celle des communes voisines, des associations, du sous-préfet, Monsieur Chaix, en 2005.

Il s’agit d’une fortification peu commune en Normandie qui présente à ce jour un état de conservation remarquable.
La venue sur ce site, envahi par une nature luxuriante, ne peut laisser indifférent. Ce qui surprend, c'est les restes imposants de ces fortifications: la partie principale en forme d’ellipse mesure environ cent cinquante mètres d’Est en Ouest et une centaine de mètres du Nord au Sud.

«Les fossés qui la ceinturent sont puissants, les talus et escarpes sont très bien conservés. Les talus circonscrivent un espace intérieur que nous qualifierons de basse-cour. Les talus culminent à une dizaine de mètres par rapport au fond du fossé. Un tertre est installé sur les talus Est. » d’après Nicolas Koch archéologue ».

Si ce lieu ancestral est si bien conservé, c’est qu’aucun autre château ou bâtisse, n’est venu s’implanter sur ce site. Aux XIII siècle un autre château sera érigé à Pont Saint Pierre, ce sera le Château dit de Douville. Le château que l’on peut admirer actuellement, dit château de Roncherolles, fut érigé au XVème et XVIème siècles (1400-1500) et plusieurs fois remanié.


Parmi les arbres et la végétation, on aperçoit sur la partie médiane du Catelier une cour intérieure de forme concave. En son centre une fosse vaguement rectangulaire de bonnes dimensions dont on ne retrouve aucun usage déterminé.
En face, une rupture de terrain s’ouvre sur le fossé Nord. Dans notre découverte on a pu discerner d’imposants fossés, fortement pentus, d’une largeur d’une vingtaine de mètres et d’une profondeur d’une dizaine de mètres. Par endroits, ce premier fossé est nettement doublé par un second qui viendrait, ainsi, compléter l’ensemble de défense du Castelet.


Du donjon qui s‘élève à l’extrémité sud ne subsiste qu’un monticule de terre de six à sept mètres de hauteur et d’environ six à huit mètres de diamètre. On peut s’imaginer l’importance de l’ensemble et les vestiges mettent en évidence le côté défensif de cette motte féodale, surtout que sur ce donjon devait être érigée une tour en bois comme celle que l’on peut voir sur la photo de la reconstitution.

Dans ce qui devait être la cour intérieure le sol est tourmenté et de nombreux silex de bonne taille apparaissent. Ce pourrait être les vestiges d’anciens bâtis:
«
L’ancienne demeure de nos prédécesseurs seigneurs et barons de Pont-Saint-Pierre, les fossés d’un chasteau à fondz de cuve, avec les fondements des bastiments qui paroissent encore; le tout toutefois demeure en ruines des guerres anciennes» d’après un texte du XVIIe en vieux français.

Retourner au contenu | Retourner au menu