La commission CCAS - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

La commission CCAS

Municipales 2014 Romilly

Centre Communal d'Action Sociale


C'est la commission la plus difficile à gérer.
Ce n'est pas la gestion unique des anciens (les vieux diront certains) à la Potière.
C'est aussi, un lieu d'accompagnement des familles, les jeunes,  les moins jeunes et aussi les extérieurs.
Je garde toujours en mémoire ce proverbe chinois ci-dessous. J'ajouterai que si, l'objectif attire, c'est un plus pour réussir.


Les jeunes en difficulté scolaire, c'est la porte vers l'inconnu qu'un maire rencontre tous les jours. Ce ne sont pas les palmes romilloises, c'est la rue.
J'ai pris des jeunes, avec les services techniques, le service administratif, la police aussi. Pour montrer que tout travail mérite salaire, j'ai toujours tenu à une rémunération aussi minime soit-elle.
Je n'y étais pas obligé.
Que pouvons-nous répondre à un conseiller général qui dit aujourd'hui à une famille : nous allons vous aider, qui, le lendemain, répond : nous vous avons aidé, voyez votre maire ? j'ai vécu cette situation.
Il y a les missions locales. On y fait des stages d'insertion rémunérés et puis ? Souvent, sans aucune suite pour l'emploi. Il faut comprendre qu'entre l'état et les entreprises, les bonnes décisions attendent.


Même si nous allons vers les 3000 habitants, voire plus, nous appartenons aux petites communes.

Nous donnons des bons pour la nourriture, le chauffage, les produits de première nécessité, même aux écoles.

Nous assistons de nombreuses familles sur la gestion du quotidien, loyer, frais d'eau et d'électricité.

En dernier recours nous pouvons lancer des procédures comme les mises sous curatelle ou tutelle.
Je me suis souvent opposé aux expulsions, j'avais un suivi d'un état de la dette qui permettait d'instruire les menaces et d'intervenir avant le déclenchement d'une procédure.

Dans les extérieurs, j'aborderai les gens de passage que certains nomment les gens du voyage, les manouches et plus récemment les roms. Attention danger, je ne voudrais pas indisposer les susceptibilités.
Néanmoins, les maires, de petites communes, sont souvent confrontés à des occupations illégales sans pour autant émouvoir ceux qui vous donnent des leçons sauf lorsqu'ils sont concernés, oui, cela arrive.

La vie d'un maire n'est pas aussi facile que vous pouvez le penser, sous condition, bien sûr, d'être très présent sur le terrain.
De nombreux maires délèguent et ne gardent que l'aspect agréable de la fonction. C'est un choix que les électeurs décideront.



La Potière restera toujours, l'emblème du CCAS. Cette figure est celle de nos anciens avec le portage des repas et le petit bus de la commune pour les transporter.
Mais, dans ce déséquilibre que nous donne la municipalité 2008-2014, tant elle privilégie les jeunes scolaires, nous ne pouvons que souhaiter que l'avenir change.
Rester seul dans une pièce de 40m², même si le site est agréable, les locataires souhaiteraient que cela bouge et que la municipalité s'implique davantage.
Deux associations, les roses d'automne et l'UNC (les anciens combattants)  sont chargés d'animer le temps libre et le devoir de mémoire pour les jeunes.
Pouvoir mieux communiquer et sentir une présence, c'est ce que beaucoup d'entre eux souhaite.  
Développer un lieu de rencontre, autour d'un centre-ville est un exemple.

la perte de plusieurs commerces est ressentie comme une trahison, c'est un reproche qui m'avait été fait lors de la perte de la supérette, de monsieur Theo, qui se trouvait à la place du fleuriste.

Retourner au contenu | Retourner au menu