Etudes et réflexions - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

Etudes et réflexions

Municipales 2014 Romilly

Le terrain, en dessous de l'aire de football, a toujours fait l'objet, au cours des cinq dernières municipalités, d'une DPU (droit de préemption urbain).
Depuis 1980, l'idée d'un centre-ville faisait déjà son chemin. Pour acquérir ce terrain , nous devions nous appuyer sur le service des domaines pour valider le prix de ce bien.
Il était si bas, que le propriétaire ne souhaitait plus vendre.
En 1998, j'avais une proposition à 23€ le m². L'estimation du service des domaines était de 0.80€. lorsque nous connaissons le prix du marché qui est d'environ 90€, nous ne pouvons que regretter cette opportunité.
En 2005, la municipalité que je dirigeais, a pu, avec un propriétaire, monter le dossier du lotissement de Saint-Crespin. En échange d'une viabilisation (voie, route, dégagement), le propriétaire nous cédait ses terrains, moyennant une somme forfaitaire et 4 lots à son profit, dont le prix au m² n'était plus celui de l'herbe à vache. De plus, nous avons pu acquérir d'autres terrains pour un agrandissement du cimetière.
C'était une opération qui satisfaisait, le propriétaire dont les terrains prenaient de la valeur, la commune pour ses acquisitions foncières, sans aucune intervention du service des domaines.
Une autre expérience (voir ci-dessous) a pu voir le jour, celle d'un centre-ville, à Alisay qui, comme nous,  n'est pas loin d'un supermarché. Pour les habitants qui ne disposent pas de moyens rapides de circulation,  c'est un plus, c'est aussi, un lieu de rencontres, autour d'un centre de regroupement d'achats.
Sachons faire preuve d'imagination.

Le Centre-Ville D'Alizay comme exemple.







Cet ensemble semble très équilibré, dans un environnement où, peut-être, il manque de la verdure.
le rez de chaussé est occupé par des commerces.
De droite à gauche, nous trouvons, un bar tabac jeux, une épicerie avec des produits frais, une boucherie charcuterie, une boulangerie pâtisserie.  









Pour rentabiliser les coûts, on peut imaginer ce cas de figure, où nous trouvons, sur deux étages, des appartements de tout type, avec des garages en sous-sol, les entrées se trouvent à l'arrière du bâtiment.

La Communauté de Communes : si nous parlions de transports en commun ?

Il est fini le temps où les entreprises, en 1969, comme Renault, l'usine du Manoir ou celle de la SICA, assuraient le transport des ouvriers aux 4 coins du canton de Fleury sur Andelle.
La crise de 1973 a fait des ravages, pour les entreprises, c'était le temps de la compression des frais généraux dont le service du personnel dépendait.

En 1996, le Lyons-Andelle-Développement, sous la houlette de monsieur Collard, président du conseil général, maire de Lyons-la-Forêt, avait tenté de soutenir un mode de transport sur nos deux cantons, Lyons-la-forêt et Fleury-sur-Andelle.
Le projet fut abandonné. Le Lyons-Andelle-développement fut remplacé par le comité de pays du Vexin Normand qui s'étend sur les cantons des Andelys, Gisors, Etrépagny, Fleury-sur-Andelle et Lyons-la-Forêt.
Ce n'est pas un sujet qui semble motiver notre municipalité en 2013. Pourquoi ne pas le remettre d'actualité ?

Retourner au contenu | Retourner au menu