20 mai le cap de la chèvre - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

20 mai le cap de la chèvre

Divertissements-Loisirs > Le CROZON séjour du 16mai au 21 mai 2011

Vendredi 20 Mai 2011


Randonnée à la journée avec panier-repas, de la pointe de Dinan à St Hernot en passant par le cap de la Chèvre, magnifiques paysages au parfum méditerranéen  (18km environ).

Musique de Renaud : dès que le vent soufflera

Nous avons bien récupéré de la  veille et une nouvelle journée ensoleillée entretiendra ou bien accentuera notre bronzage actuel. Il est 09H00 lorsque notre bus aborde la route que nous connaissons par cœur. Mais point de Camaret à l’horizon. Du Crozon, nous nous dirigeons vers la pointe de Dinan. Je me souviens de la réflexion, la veille, de Sylvain, notre guide à Ouessant. La randonnée de la pointe de la chèvre est bien plus difficile que celle de l’île d’Ouessant. Mais le parcours choisi n’est pas celui du secteur de la pointe de Morgat (le GR 34) plus difficile où les précipices sont proches des sentiers sur un parcours de 11km, mais une promenade plus intéressante au dire de certains. On peut comprendre aussi la sagesse qui veut avant tout : la sécurité. Le choix a été fait.

Sous le soleil, nous allons commencer à serpenter avec Lynda, notre guide retrouvé, la côte de Dinan à Lostmarc'h. A cause des brumes de chaleur, tout comme en montagne, nous avons du mal à deviner derrière les rochers les îles de Molène et d'Ouessant, la pointe du raz distant de 8km de l’Ile de Sein.

La matinée est calme et notre guide n’est pas avare de ses explications sur les visions que nous aurions pu retrouver vers le large.  Une dernière vue sur la pointe du Raz à partir de celle du Lostmarc’h et de sa plage, nous rentrons vers l’intérieur pour rejoindre le parc à voitures où notre chauffeur Gérard nous attend. Le reste du trajet se fera par la route via la maison des minéraux.

Nous débarquerons sur une aire non loin du sémaphore pour se retrouver à un endroit où les légendes bretonnes sont toujours présentes, tout comme Astérix et Obélix que j’ai toujours plaisir à lire. La pointe de la chèvre (Beg ar C’hawr), pourquoi ce nom pour un endroit si granitique ? Lynda, notre guide, évoque qu’il a pu exister entre les anciens termes de « gawr pour la chèvre » et celui de « kawr pour le géant » une confusion qui fait dire aujourd’hui que ce site, à une consonne près, pourrait se nommer, tout aussi bien, la pointe des géants, ces naufrageurs qui régnaient jadis sur ce promontoire et que les korrigans, ces petits nains facétieux déjà évoqués auraient enfermé dans les grottes de la falaise de quelques centaines de mètres  tombant à pic dans la mer. Les légendes sont nombreuses sur ce site.

La légende de la ville d'Ys

(1) Gradlon Le Grand :

Au 4ème siècle après J.C , naquis Gradlon, appelé Gradlon le Grand (Gradlon Meur), fils ainé de Conan mériadec et futur Roi de Cornouaille. Roi païen, Gradlon tomba amoureux d'une femme-fée, Malgven, reine du Nord. Après avoir tué le mari de celle-ci, pris son or et son cheval Morvac'h ("cheval des mers" en breton) il partit sur les océans.
Lors de leur voyage, les deux amants conçurent une fille : Dahut. Malheureusement Malgven mourût, Gradlon revint alors avec sa fille dans son royaume de Cornouaille et se convertit au christianisme sur les conseils de Saint Guénolé.





(2) La merveilleuse cité d'Ys :
Gradlon qui ne pouvait rien refuser à sa fille, lui fit construire sur les flots, la merveilleuse et orgueilleuse cité d'Ys. La ville devint alors un endroit de festins, de jeux, de danses. Chaque jour, la princesse Dahut avait un nouvel amant. Le soir, elle lui mettait un masque noir sur le visage, il restait avec elle jusqu'au matin.
Dès que le chant de l'alouette se faisait entendre, le masque se resserrait sur la gorge du jeune homme et étouffait l'amant de la nuit. Un cavalier prenait alors le corps sur son cheval pour aller le jeter dans l'océan, au-delà de la Baie des Trépassés (d'ou son nom) à proximité de la Pointe du Raz. Ainsi, toutes les conquêtes de Dahut mouraient au matin et étaient jetées à la mer.


(3) La submersion de la ville d'Ys :

Un jour sous les traits d'un prince mystèrieux tout de pourpre vêtu, le diable se présenta aux portes de la ville. Séduite par ce prince, Dahut lui confia la clef qui commandait les écluses, sauvegarde de la ville contre les flots. Le démon ouvrit aussitôt ces portes, et en peu de temps, la ville et les habitants furent engloutis. Seuls Gradlon monté sur son cheval Morvac'h et Guénolé réussirent à s'échapper, ce dernier ayant contraint le roi d'abandonner sa fille aux flots mortels. Dahut, dont la noyade apaisa le courroux divin, se changea - dit-on - en sirène, Morgane qui s'acharne toujours à perdre les marins... Le coeur brisé, le roi s'installa alors au fond de l'estuaire de l'Odet et y fonda sa nouvelle capitale à la confluences des rivières : Quimper.
Des années plus tard, lors d'une chasse dans la grande forêt du Menez-Hom, Gradlon se perdit. Èpuisé, affamé, il découvrit l'ermitage de Corentin (aujourd'hui situé à Plomodiern). Ce dernier lui fit découvrir son poisson merveilleux dont il coupe la moitié pour se nourrir chaque jour et qu'il retrouve entier le lendemain matin. Gradlon éblouit par ce miracle emmena avec lui Corentin à Quimper et le récompensa plus tard en le nommant premier évêque de Cornouaille.
A la fin de son règne Gradlon décide de finir sa vie à l'Abbaye de Landévennec fondé par son ami Saint Guénolé et donna son château à Saint Corentin afin qu'il y édifie en lieu et place une cathèdrale. Une statue équestre fût alors érigée entre les flèches de la cathèdrale représentant Gradlon sur son cheval Morvac'h veillant sur Quimper sa capitale, statue tournée surtout vers Ys et son amour perdu.


(4) Une légende qui perdure :

Cette histoire mythique perdura dans le coeur des Quimpérois. Ainsi, à l'angle de la rue des Boucheries et de la rue actuelle du Guéodet, se dressait une chapelle à l'intérieur de laquelle se trouvait un puits que les Quimpérois surveillaient parce qu'on y entendait le bruit de la marée qui monte à Quimper deux fois par jour (Quimper vit effectivement au rythme des marées). La légende précise qu'une bougie devait brûler en permanence sous forme d'un cordon de cire, faute de quoi la ville subirait le sort de la ville d'Ys et serait à son tour engloutie...
Certains adeptes et passionnés de la ville d'Ys et du roi Gradlon répandent depuis le proverbe suivant : "Pa vo beuzet Paris, ec'h adsavo - Quand Paris (ar Par Ys) sera englouti, ressurgira la ville d'Ys".


La Bretagne : Pays de légendes.

Notre guide Lynda en fée Morgane.

la Fée Morganne par Antony Frédérick SANDYS (1829-1904)
peinture de 1864 (Birmingham Art Gallery)

Le pique-nique

Nous reprenons le car pour regagner, dans l’arrière-pays mieux protégé du vent, le bourg de Rostudel aux maisons granitiques et aux toits d’ardoises. C’est parmi celles-ci que nous trouverons un endroit de pique-nique. Lynda nous offrira sous forme d’apéritif des baies sous forme de petits fruits charnus totalement inconnus.

L’après-midi après avoir formé deux groupes, nous passerons notre temps à serpenter le long de ces maisons de pêcheurs, l’été, de paysan, l’hiver. Ce village traditionnel breton possède des maisons mitoyennes sans étages, avec une bande de faîtage que les cheminées délimitent pour chaque habitation. Des massifs de fleurs, les volets de couleur bleue, les fenêtres parfois avec des rideaux de dentelle, les entrées protégées par des galons blancs antipluie, tous ces ingrédients mettent en relief un site qu’il serait dommage de faire disparaître et j’ose espérer que le plan local d’urbanisme veillera à les maintenir.

Ainsi se termine notre séjour plein de souvenirs. C’est devant la maison des minéraux à Saint-Hernot que nous rembarquerons pour Ker Beuz.

Paroles sur la musique "dès que le vent soufflera" par Renauld

(1)
"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"
Moi la mer elle m'a pris
Je m'souviens, un mardi

J'ai troqué mes santiag'
Et mon cuir un peu zone
contre une paire de dockside
Et un vieux ciré jaune,

J'ai déserté les crasses
Qui m'disaient : Sois prudent
La mer c'est dégueulasse
Les poissons baisent dedans !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"
Moi la mer elle m'a pris
Au dépourvu, tant pis...

J'ai eu si mal au coeur
Sur la mer en furie
Qu'j'ai vomi mon quatre-heures
Et mon minuit aussi.

J'me suis cogné partout
J'ai dormi dans des draps mouillés
Ca m'a coûté des sous
C'est d'la plaisance, c'est l'pied !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

(2)
C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme

Mais elle prend pas la femme
Qui préfère la campagne.

La mienne m'attend au port
Au bout de la jetée
L'horizon est bien mort
Dans ses yeux délavés,

Assise sur une bitte
D'amarrage, elle pleure
Son homme qui la quitte,
La mer c'est son malheur !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"

Moi la mer elle m'a pris
Comme on prend un taxi...

Je f'rai le tour du monde
Pour voir à chaque étape
Si tous les gars du monde
Veulent bien m'lâcher la grappe,

J'irai z'aux quatre vents
Foutre un peu le boxon
Jamais les océans
N'oublieront mon prénom...

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

(3)
"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"

Moi la mer elle m'a pris
Et mon bateau aussi...

Il est fier mon navire
Il est beau mon bateau
C'est un fameux trois-mâts
Fin comme un oiseau hisse ho !

Mais Tabarly Pajeot
Kersauzon et Riguidel
Naviguent pas sur des cageots
Ni sur des poubelles !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

(4)
"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"

Moi la mer elle m'a pris
Je m'souviens, un vendredi

Ne pleure plus ma mère
Ton fils est matelot
Ne pleure plus mon père
Je vis au fil de l'eau,

Regardez votre enfant
Il est parti marin
Je sais c'est pas marrant
Mais c'était mon destin.

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...
(bis)

Retourner au contenu | Retourner au menu