18 mai la pointe des Espagnols - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

18 mai la pointe des Espagnols

Divertissements-Loisirs > Le CROZON séjour du 16mai au 21 mai 2011

En cet après-midi, le car se tient non loin de nous. Nous commencerons par la visite de ce petit port qui vaut le détour.
Nous laissons sur notre droite ce petit cimetière de bateaux (dundee ou sloop) qui nous rappelle que la langouste et les crustacés étaient la ressource pêchée au début du 20ème siècle.

Chanson de marin : Satanicles


Nous atteignons la chapelle de Notre-Dame de Rocamadour (Roc-A-Ma-Dour ou rocher au milieu de l’eau) une charmante église, avec des ex-voto sous forme de bateaux, dont le clocher fut décapité par un boulet  anglais, en 1694.



Enfin nous voilà devant cette tour Vauban (1693-1696) que nous verrons que de l’extérieur. Elle était chargée de protéger le mouillage de l’anse de Camaret et peut-être aussi la vertu de ses filles que les Anglais auraient voulues tirer.


Notre groupe se divise en deux pour la randonnée de l’après-midi en direction de la pointe des Espagnols qui se trouve au bout de cette presqu’ile de Roscanvel. Le chemin serpente entre de hautes herbes. Il faut faire attention aux tiques.
Le car suit la route parallèlement et aux alentours de la pointe des capucins nous embarquerons tous pour nous rendre sur le site qui doit son nom à 400 Espagnols qui défendirent en 1594 le goulet de Brest contre les ligueurs (Franco-Anglais) et, à l’issue de cette bataille, seulement 13 d’entre eux survécurent (une bataille de Camerone avant l'heure).



De ses 60 mètres de haut, nous pouvions voir la rade de Brest mais, un ciel bas et brumeux gâchait le spectacle.




De retour vers Ker Beuz nous fîmes un arrêt technique pour l’apéritif de 19H00 puis, nous passâmes dans la salle du restaurant. Ce soir-là, ce fut une choucroute de la mer.

Chanson de SATANACLES

REFRAIN :_

Matelot le vent est bon_
La cambuse pleine de jambon_
Avons été si longtemps_
A sec de toile dans le gros temps.


D'où viens tu oiseau de mer_
J'arrive d'une grande île_
Vous annoncer que la terre_
Est proche de quelques milles.

Est-ce vous le capitaine Troude_
Qui vous posez sur le pont_
Lorsque s'écorchent nos coudes_
Au bois du mât d'artimon.

Et me reconnaissez-vous_
Cap'taine Troude moi qui de vous_
Ai pris cent coups de bâtons_
A charge de punition.

Dites-nous que terre est proche_
Et que les vents sont portants_
Sonne l'heure de la bamboche_
Attendue de si longtemps.

Retourner au contenu | Retourner au menu