17 mai Le Ménez-Hom - Romilly-sur-Andelle

Aller au contenu

Menu principal :

17 mai Le Ménez-Hom

Divertissements-Loisirs > Le CROZON séjour du 16mai au 21 mai 2011

Mardi 17 Mai
Matin       

Randonnée au « Menez Hom » l’un des points culminants de Bretagne (330m).
Magnifique point de vue sur la baie de Douarnenez (9km environ) déjeuner à Ker Beuz.

Après-midi  

Randonnée dans les sentiers en sous-bois au bord de l’Aulne à Trégarvan,
joli petit village avec son port du 17ième siècle (6km environ).

Tri Matelod ou les trois marin. Chanson interprétée par  Alan Stivell

Après une nuit très calme et un petit déjeuner tonique, nous allons pouvoir, tous ensemble, aborder la journée la plus haute du séjour.
Il est 09H00. Sous la conduite de Linda, notre jeune guide, c’est un dénivelé, de plus de 300 mètres, qui nous est proposé. La récompense sera d’admirer depuis le Menez Hom (330m), côté mer :
La rade de Brest jusqu'à la pointe St Mathieu.
La presqu’île du Crozon jusqu'à la pointe de Pen-Hir se termine par 3 blocs rocheux nommés «les 3 tas de pois » non loin de Camaret. Par les sentiers côtiers, nous pouvons cheminer d’un côté vers la pointe des Espagnols, de l’autre vers la pointe de la Chèvre, selon un schéma en forme de croix.
La baie de Douarnenez, jusqu'à la pointe du Raz, distante de 8km de l’île de Sein.
Il faut de bons yeux.

La noisette de terre

Côté terre :
Nous garderons cette superbe vue de la rivière Aulne qu’enjambe le nouveau pont de Ténérez.
Notre doyenne Claudine (82ans) a tenu à le faire l'escalade avec l’aide de Claude pour les derniers 100 mètres. Tout au long des chemins empruntés, notre guide Lynda, une agrégée en ethnologie, s’occupera de nous tout au long de notre séjour sauf à Ouessant. Elle nous fera partager la faune et la flore avec certaines plantes comme la noisette de terre. Au détour d’un virage, dans une descente, curieusement, une tourbière apparaît dans un site où les légendes celtiques sont partout. Lynda nous évoquera l’épopée du roi Marc’h dont le nom signifie « cheval » en Breton. Ce roi de Cornouaille avait la particularité génétique d’avoir les oreilles et la crinière d’un cheval, le reste étant normal pour un roi, un président. Il fut associé à la fameuse légende de Tristan et Yseult qu'au Moyen Âge, Chrétien de Troyes, Marie de France et d’autres nous conteront, dans les années 1100-1200, sous Louis VII et la grande Aliénor d’Aquitaine.

De retour vers 13H00, nous sommes conviés à un repas de galettes bretonnes où, en entrée, à l’intérieur d’une crêpe au sarrasin, nous trouvons déposés un œuf frit, du jambon et du fromage râpé. Une autre crêpe, moins fournie, sera servie avec des champignons. La dernière, au froment, fourrée de chocolat ou de caramel au beurre salé selon le choix, clôturait ce repas où le cidre servi méritait une AOP.

L’après-midi, mine de rien, si nous pensions trouver un terrain plat, force est de constater que le milieu est accidenté. De la résidence, nous commençons par descendre vers Trégarvan (du Breton « treb » le village puis garvan le nom du cours d’eau). Ce village se situe dans un méandre de l’Aulne, un fleuve côtier de 140km qui se jette dans la rade Brest et où, le fameux canal de Nantes à Brest termine aussi sa course.

Cette commune qui domine le fleuve a conservé son enclos paroissial avec son cimetière dans lequel s’élèvent une statut de Saint-Budoc, un saint breton qui selon la légende serait né en Irlande ou au pays de Galles d’où il serait miraculeusement arrivé en Bretagne, dans une auge en pierre. Une piétà, elle aussi taillée, dans de la kersantite, une roche volcanique proche du granite, utilisée en sculpture car, résistant bien au temps et aux intempéries, se tient à ses côtés. Ces ouvrages datent du 16ème 17ème siècle, disons entre Henri IV et Louis XIII. Juste à côté, l’église présente un élégant clocher ouvragé.

Il s’ensuit une longue promenade le long de l’Aulne, nous aborderons en milieu boisé un sentier sinueux puis escarpé (à l’inverse de ce que nous avons descendu) vers le hameau de Cosquer où réside tout un ensemble de corps de ferme.

Notre attention  se portera vers les vestiges d’un four à pain que notre ami Olivier Combarieu mettra en valeur en payant de sa personne et au risque de sortir sous la forme d’un ramoneur. Point n’en furent, Anne Marie, son épouse, remercia Anne de Bretagne quand son mari fut ressorti : Miracle de St Budoc ? Il n’était pas noir. Un peu plus loin, notre guide nous parlera d’un musée de l’école rurale, une structure créée en 1907 où l'on enseignait outre le français mais, aussi le breton. Pour une raison due à la baisse de la population en milieu rural, elle ferma ses portes en 1974.

L’après-midi s’achève lorsque nous rentrons à Ker Beuz, Claudine et Liliane, deux jeunes randonneuses, venues d’Aurillac pour se joindre à notre groupe, nous invitent dans leur mobil- home à venir partager les produits du terroir auvergnat autour d’une sangria espagnole. Devant un aussi sympathique accueil, nous nous devions de répondre galamment le lendemain soir, ce qui fut fait.

Le dîner terminé, certains purent apprécier les talents d’acteurs de Danielle Guérin dans le rôle de la bonne du curé et de Didier Langlois dans celui du garde-champêtre via une série policière qu’un inspecteur présidait pour trouver le coupable qui avait tué le notaire dans le presbytère à l’aide d’un chandelier. Ce n’était certes pas DSk qui, lui, tenait l’affiche avec une tout autre « Bonne » sur les chaînes du petit écran de nos chambres. Une noire affaire où le président du FMI avait oublié son téléphone portable, un blackberry qui lui fut fatal.

Paroles en breton de la chanson "Tri Martolod"     
Traduction en français "Trois Marins"   
 

Tri martolod yaouank (tra la la, la la la la)
Tri martolod yaouank o voned da veajiñ
Tri martolod yaouank (tra la la, la la la la)
Tri martolod yaouank o voned da veajiñ
O voned da veajiñ ge, o voned da veajiñ
(bis)

Gant avel bet kaset (tra la la, la la la la)
Gant avel bet kaset betek an Douar
Nevez
Gant avel bet kaset (tra la la, la la la la)
Gant avel bet kaset betek an Douar
Nevez
Betek an Douar Nevez ge, betek an Douar
Nevez (bis)

E-kichen Maen ar Veilh (tra la la, la la
la la)
E-kichen Maen ar Veilh o deus mouilhet
o eorioù
E-kichen Maen ar Veilh (tra la la, la la
la la)
E-kichen Maen ar Veilh o deus mouilhet
o eorioù
O deus mouilhet o eorioù ge,
o deus mouilhet o eorioù (bis)

Hag e-barzh ar veilh-se (tra la la, la la la la)
Hag e-barzh ar veilh-se e oa ur servijourez
Hag e-barzh ar veilh-se (tra la la, la la la la)
Hag e-barzh ar veilh-se e oa ur servijourez

Pelec'h 'n eus graet konesañs ge, pelec'h 'n eus graet konesañs
Pelec'h 'n eus graet konesañs ge, pelec'h 'n eus graet konesañs

E Naoned, er marc'had (tra la la, la la la la)
E Naoned, er marc'had hor boa choazet ur walenn
E Naoned, er marc'had (tra la la, la la la la)
E Naoned, er marc'had hor boa choazet ur walenn

Trois jeunes marins (tra la la, la la la la)
Trois jeunes marins s'en allant voyager
Trois jeunes marins (tra la la, la la la la)
Trois jeunes marins s'en allant voyager
S'en allant voyager, s'en allant voyager
(bis)

Le vent les a poussé (tra la la, la la la la)
Le vent les a poussé jusqu'en
Terre-Neuve
Le vent les a poussé (tra la la, la la la la)
Le vent les a poussé jusqu'en
Terre-Neuve
Jusqu'en Terre-Neuve, jusqu'en
Terre-Neuve (bis)

A côté de la pierre du moulin (tra la la, la la la la)
A côté de la pierre du moulin ils ont jeté l'ancre
A côté de la pierre du moulin (tra la la, la la la la)
A côté de la pierre du moulin ils ont jeté l'ancre
Ils ont jeté l'ancre,
ils ont jeté l'ancre (bis)

Et dans ce moulin (tra la la, la la la la)
Et dans ce moulin il y avait une servante
Et dans ce moulin (tra la la, la la la la)
Et dans ce moulin il y avait une servante

Où avons-nous fait connaissance, où avons-nous fait connaissance
Où avons-nous fait connaissance, où avons-nous fait connaissance

À Nantes au marché (tra la la, la la la la)
À Nantes au marché nous avions choisi un anneau
À Nantes au marché (tra la la, la la la la)
À Nantes au marché nous avions choisi un anneau

Retourner au contenu | Retourner au menu